TOUS LES OUVRAGES
Jean Moulin, mémoires d'un homme sans voix.
Atelier de création radiophonique Provence-Méditerranée.
Radio France 1999.
(Document audio)

Série d'émissions consacrées à Jean Moulin.

Les RG à l'écoute de la France. Police et politique de 1981 à 1997.
Editions La Découverte. Paris 1998.
(Document livre)

Portrait des Renseignements généraux...

La police, combien de divisions ?
Editions Dagorno. Paris 1989.
(Document livre)

Dans la collection "Combien de divisions ?" une radiographie de la police française...

Sur la terre comme au ciel. Pour une nouvelle morale laïque.
Editions Calmann-Lévy. Paris 1989.
(Document livre)

La première affaire d'interdiction du port de "foulards islamiques" dans un lycée public.

La meilleure police du monde
Editions Duculot.
Paris-Gembloux 1978.
(Document livre)

Le titre du livre m'avait été soufflé par le président de la République Valéry Giscard d'Estaing...

Vroum...vroum...motos
Atelier de création de radio France. 1975.
(Fiction audio)

La première " œuvre " que j'ai livré au public () A l'époque, j'étais motard...

<<< Précédent

LE BOUCHER DE GUELMA

Editions du seuil. Paris 2007
(Roman)

Retour vers l'Algérie. Celle qui existait deux ans avant ma naissance lorsque les manifestations célébrant la capitulation de l'Allemagne nazie se sont transformées en sanglantes émeutes.

C'est à mon grand-père François Zamponi que je dois le déclic qui m'a conduit à explorer cette époque assez glauque. Il a raconté sur un cahier d'écolier comment il avait passé une nuit de mai 1945 avec sa femme, sa fille et son beau-fils, fermiers près de Guelma, cachés par leurs ouvriers " indigènes " pendant que les occupants de la maison voisine étaient massacrés. Il est par contre resté discret sur la sauvagerie de la répression menée par les " miliciens " durant les jours qui ont suivi et j'ai du puiser à d'autres sources, écrites et orales, pour la mettre en scène.

Mon récit n'a pas eu l'heur de plaire aux Pieds-noirs qui ne veulent se souvenir que des victimes européennes de cette

boucherie. Il n'a pas non plus satisfait les Algériens qui y ont vu une négation de ce qu'ils considèrent comme le moment fondateur de leur guerre d'Indépendance. J'ai eu en effet le mauvais goût de faire intervenir, aux côtés du sous-préfet organisateur des "milices coloniales" de Guelma, un officier de l'OSS, les services secrets américains qui envisageait de faire subir aux autochtones le sort des Indiens d'Amérique afin de créer en Afrique du Nord un bastion de résistance au communisme.

Une totale fiction comme l'a prétendu mon frère devenu citoyen des Etats Unis ? Je n'en suis pas absolument certain. Très présents en Algérie en 1945, les militaires américains ont été accusés par les autorités françaises d'avoir joué un rôle dans le déclenchement des émeutes. Ils s'en sont défendus mais on ne prête qu'aux riches. Et, en matière de complots tordus, les services secrets des USA sont loin d'être démunis.

"Mon récit n'a pas eu l'heur de plaire aux Pieds-noirs qui ne veulent se souvenir que des victimes européennes de cette boucherie. Il n'a pas non plus satisfait les Algériens..."


ANNEXE :
Traduction d'un télégramme envoyé d'Alger par la branche d'Afrique du Nord de l'OSS à la direction du service secret.

Origine : branche d'Afrique du Nord. Alger , 16 mai 1945

Jicame, NAB, rapport n° R-105/456, 17 avril 1945 "Emotion (sensitivity) française concernant l'influence américaine sur le nationalisme algérien".

Source : officiels français. Valeur : B

Objet : compte rendu sur les rapports des Américains avec la révolte des arabes algériens.

1) Nous avons appris d'une source sûre qu'une personnalité officielle du Gouvernement général d'Algérie avait récemment signalé à Paris sa conviction que les Américains étaient impliqués dans les émeutes de la semaine dernière dans le département de Constantine.

2) Le soulèvement arabe a commencé le matin du 8 mai à Sétif et s'est propagé dans de nombreuses villes du voisinage. Le matin du 8 mai, Ferhat Abbas, responsable nationaliste des Amis du manifeste, et membre des Délégations financières à ce moment là réunies à Alger, se rendit au Gouvernement général pour obtenir des informations sur les troubles. Il était arrivé le 7 mai à Alger en provenance de son domicile de Sétif.

Alors qu'il quittait le Gouvernement général, il fut arrêté et ses bagages furent fouillés. Il y fut découvert un grand nombre de tracts incendiaires.

Ces tracts étaient enveloppés dans des paquets d'emballage incontestablement d'origine américaine et portant une marque qu'il n'a pas encore été possible d'identifier. Plus tard, il a été établit que les tracts avaient été tapés sur des machines à écrire d'origine anglaise ou américaine.

3) Il a été établi à plusieurs reprises que certaines personnalités du Gouvernement général sont anti-américaines. Une attitude en partie explicable par le sentiment que les Arabes espéraient une intervention américaine à leurs côtés en Afrique du Nord. Il est très difficile de déterminer la profondeur réelle de la conviction selon laquelle les Américains ont une responsabilité dans les troubles du 8 mai ou dans leurs préparatifs et jusqu'à quel point les autorités officielles croient à l'ingérence des USA dans les affaires nord africaines sur le plan politique ou économique. L'accusation d'une ingérence économique est particulièrement répétée.

Discerner la preuve de l'intervention des USA dans n'importe quelle affaire à cause de l'utilisation de papier d'origine américaine semble hasardeux lorsque l'on sait que les machines à écrire et les papiers de toutes sortes sont importés en Algérie qui ne produit aucun produit de ce type.

w.A RICE, Major, A.C Chef, JIGAME, North African Branch

Miliciens engagés dans la répression contre les algériens

Design : Cactus - Code : Dureflex

Optimisé pour Firefox. Résolution 1024 X 768 ou supérieure.